Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Fanny aime L'Ile Saint Denis

Fanny aime L'Ile Saint Denis

L'actualité immobilière et urbaine de mon ile


Immobilier : ascenseur, étage…quel impact sur le prix d’un appartement ?

Publié par Stephanie MICHEL sur 11 Juin 2017, 18:45pm

Catégories : #Immobilier

19%. C’est la différence de prix du mètre carré entre le rez-de-chaussée et le dernier étage dans un immeuble avec ascenseur à Paris. Cette différence passe à 25 % s’il s’agit d’une chambre de bonne au dernier étage. - MeilleursAgents.com

19%. C’est la différence de prix du mètre carré entre le rez-de-chaussée et le dernier étage dans un immeuble avec ascenseur à Paris. Cette différence passe à 25 % s’il s’agit d’une chambre de bonne au dernier étage. - MeilleursAgents.com

Anne-Sophie Vion / Journaliste | :
 
Dans un même quartier, le prix d’un appartement peut varier sensiblement selon la présence ou non d’un ascenseur dans l’immeuble et l’étage auquel se situe le bien. MeilleursAgents dévoile les résultats d’une étude menée à Paris et dans les 10 plus grande villes régionales.

Ce n'est pas une réelle surprise. Dans leur achat immobilier, les Français privilégient les étages élevés, ensoleillement et vue obligent, dès lors qu'il y a un ascenseur dans l'immeuble. Mais, précise une récente étude (*) réalisée par le site MeilleursAgents.com, « ce confort a un prix. Que certains ne soupçonnent pas... »

En effet, près de 40 % des sondés pensent que la différence de tarif entre l'étage le plus recherché et le moins recherché est inférieure à 10 %. Or, révèle l'enquête, à Paris comme en province, dans les dix plus grandes villes de France, l'écart est largement supérieur. Ainsi, à titre d'exemple, pour un appartement parisien de 50 mètres carrés, situé en rez-de-chaussée d'un immeuble avec ascenseur, un particulier devra débourser, en moyenne, 380.750 euros. Alors que pour le même appartement, situé dans le même immeuble mais au 6ème et dernier étage, le prix grimpe lui à 452.700 euros, soit 19 % plus cher !

«Le rez-de-chaussée est moins demandé car on y subit plus de nuisances (sécurité, accès aux poubelles, manque de lumière, bruits de la rue etc.) mais il permet de s'offrir une pièce en plus pour le même budget par rapport au dernier étage », résume Sébastien de Lafond, président de MeilleursAgents. « Au dernier, vous aurez une pièce en moins, mais la vue et le soleil en plus », précise-t-il.

Près de 25 % d'écart à Paris entre le RDC et le dernier étage

L'immeuble de référence parisien pris pour l'étude réunit 6 étages car ce sont les immeubles les plus présents dans la ville (35 % du parc résidentiel parisien). Les variations en pourcentage sont calculées sur la base du 2ème étage.

Dans un immeuble parisien avec ascenseur, l'appartement le plus cher est donc au 6ème et dernier étage, avec un prix près de 19 % plus élevé par rapport au rez-de-chaussée. Cette différence grimpe encore à près de 25 % quand l'appartement du dernier étage est une chambre de bonne, surface prisée pour un investissement locatif. Toutefois, en l'absence d'ascenseur dans l'immeuble, c'est au 4ème étage que se trouve l'appartement le plus cher, avec un prix de 12,5 % plus élevé par rapport au rez-de-chaussée (voir illustration). Sauf lorsqu'il y a une chambre de bonne au dernier étage : dans ce cas en effet, celle-ci affiche le tarif le plus élevé par rapport au rez-de-chaussée (+13,6 %). En revanche, un appartement classique au 6ème et dernier étage sera moins recherché : on peut constater une légère baisse des prix par rapport à l'appartement témoin situé au 2ème étage (- 0,6 %).

D'après l'étude également, en regardant dans le détail, la différence de prix entre le rez-de-chaussée et le dernier étage s'opère principalement dès le passage du rez-de-chaussée au 1er étage. En effet, c'est entre le rez-de-chaussée et le 1er étage que l'écart de prix entre deux étages consécutifs est le plus important : + 9 %, dans un immeuble avec ascenseur, et + 7 %, dans un immeuble sans ascenseur.

La décote passe à 10 % en région entre le RDC et le dernier étage

Les immeubles dans les métropoles régionales y sont moins hauts, rapporte l'étude. La typologie la plus représentée s'arrête ainsi à 4 étages. Mais, malgré cette différence, comme à Paris, les écarts de prix entre rez-de-chaussée et dernier étage sont patents pour les immeubles avec ascenseur. Ainsi, dans ce cas de figure, le 4ème est plus cher de 4 % par rapport au 2ème (voir illustration). Le rez-de-chaussée est là aussi nettement moins onéreux (- 9,9 % par rapport au 2ème étage). Autre scénario, dans les immeubles sans ascenseur. C'est alors le 2ème étage qui présente le prix le plus élevé (contre le 4ème étage dans la capitale), devant le 3ème étage (- 0,9 %) et bien loin devant le rez-de-chaussée qui ferme la marche (- 9,6 %). L'agence immobilière César et Brutus, à Paris et à Lyon, témoigne : « Les rez-de-chaussée subissent une forte décote et sont extrêmement difficiles à vendre. Sauf, peut-être, quand ils donnent accès à un espace privatif ou qu'il s'agit de petites surfaces. En effet, ces dernières s'adressent surtout à des investisseurs, puis, à des locataires, qui sont moins regardants sur ce critère, car ils ne s'engagent généralement pas sur le long terme. Ainsi, pour un studio, la décote sera beaucoup plus faible. »

L'idéal : le dernier étage... avec ascenseur, le 3ème étage ... sans ascenseur

En complément de l'impact de l'étage sur le prix d'un bien, MeilleursAgents a interrogé particuliers et agents immobiliers sur leur perception des appartements en fonction de leur étage. Assez logiquement, les étages élevés d'un immeuble avec ascenseur sont plébiscités par 3 Français sur 4. Même son de cloche chez les agents immobiliers, qui sont 69 % à indiquer qu'il s'agit des étages les plus recherchés quand y a un ascenseur. A l'inverse, ces mêmes étages situés dans un immeuble sans ascenseur sont très peu recherchés par les particuliers. Dans un immeuble sans ascenseur, les 1er, 2ème et 3ème étages sont considérés comme « idéal » par 84,3 % des particuliers.

(*) Etude basée sur l'analyse de 50.000 données de transactions immobilières récentes à Paris et dans les 10 plus grandes villes de France et complétée par un questionnaire envoyé à 5.000 particuliers en France et aux 6.000 agences partenaires de MeilleursAgents.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents