Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Stéphanie aime L'Ile Saint Denis

Stéphanie aime L'Ile Saint Denis

L'actualité immobilière et urbaine de mon ile


Lancement d'une assurance de prêt immobilier pour les femmes atteintes d'un cancer du sein

Publié par Stephanie MICHEL sur 18 Décembre 2015, 00:41am

Catégories : #Immobilier

Kife is Rose

Kife is Rose

AFP

Publié le 17/12/2015 à 16:41 - Mis à jour le 17/12/2015 à 17:01

L'association d'aide aux malades du cancer, Life is Rose, a annoncé jeudi le lancement d'une assurance de prêt immobilier pour les femmes atteintes d'un cancer du sein depuis un an minimum avec une surprime limitée et prenant en charge les arrêts maladie liés à la pathologie.

Paris, 17 déc 2015 (AFP) - L'association d'aide aux malades du cancer, Life is Rose, a annoncé jeudi le lancement d'une assurance de prêt immobilier pour les femmes atteintes d'un cancer du sein depuis un an minimum avec une surprime limitée et prenant en charge les arrêts maladie liés à la pathologie.

Ce contrat, baptisé +Assurose+, lancé avec le courtier en assurance Euroditas, "couvre l'assurée sur les risques de décès, d'incapacité et d'invalidité, sans exclusion de la pathologie", précise l'association dans un communiqué.

Assurose a une tarification alignée sur celle du marché, a précisé l'association à l'AFP, et peut être souscrite pour tout type d'investissement immobilier (amortissable, in fine et relais).

Ce contrat "va encore plus loin que les exigences mentionnées dans la convention Aeras", est-il souligné dans le communiqué.

Jusqu'à présent, la convention Areas (pour "s'assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé"), signée en 2007, permettait d'obtenir une assurance sous certaines conditions, d'âge notamment, parfois moins favorables que pour le reste de la population.

Assurose couvre les prêts jusqu'à 500.000 euros et au cas par cas au-delà de cette limite, selon l'association Life is rose, contre un plafond de 320.000 euros pour la convention Aeras.

Néanmoins, cette convention doit être modifiée avec l'évolution du "droit à l'oubli" pour les anciens malades du cancer.

Une nouvelle mesure du projet de loi Santé, adopté définitivement ce jeudi à l'Assemblée nationale, doit leur permettre de ne plus mentionner leur ancienne maladie pour obtenir un prêt ou négocier leurs conditions d'assurance 10 ans maximum après la fin du protocole thérapeutique.

© 2015 AFP

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents